L'ENLEVEMENT DE DEJANIRE PAR NESSUS :

 

Hercule avait entendu parler de la beauté de Déjanire, aux Enfers , par l'ombre de son frère, Méléagre , qui avait supplié Hercule de l'épouser.

Hercule avait pour rival le fleuve Achéloos qui se transforma en taureau. Le héros lui brisa alors une corne et fut vainqueur. Ainsi, il épousa Déjanire et aida son père à soumettre les Thesprotes .

Cependant après cette victoire, il tua accidentellement l' échanson d'Œnoé et dut quitter le royaume. Il emmena Déjanire vers Trachis mais le fleuve Événos leur barra la route.

Le centaure Nessos offrit de transporter Déjanire sur l'autre rive, pendant qu'Hercule passerait à gué. Hercule accepta, mais lorsqu'il vit que Nessos avait profité du moment pour essayer de violer sa femme, il envoya au centaure l'une des flèches empoisonnées avec le sang de l' Hydre de Lerne . Avant de mourir, Nessos, faisant semblant de se repentir, conseilla à Déjanire, au cas où l'amour d'Hercule viendrait à décliner, de tremper un vêtement dans son sang et de le donner à porter à son mari ainsi, sa passion reviendrait.

Déjanire prit un peu du sang de la blessure de Nessos et le garda dans un flacon. Plus tard, après avoir donné à Hecule plusieurs enfants, notamment Hyllos et Macaria , elle apprit qu'Héraclès avait pris pour maîtresse Iole . Elle décida alors d'utiliser la ruse de Nessos, et envoya à Hercule une tunique imprégnée du sang du centaure. Lorsque le héros la revêtit, il fut brûlé jusqu'à la mort. Déjanire, de désespoir, se pendit.

Retour au texte principal

 

L'ENLEVEMENT D'EUROPE PAR ZEUS

 

Europe est la fille de Téléphassa et d'Agénor, roi de Phénicie. La jeune princesse fit un jour un rêve étonnant où deux continents personnifiés tentaient de la séduire. Le matin venu, pour chasser ce rêve étrange, elle alla avec ses suivantes cueillir des fleurs dans une prairie voisine.
C'est là que Zeus aperçut la jeune fille jouant avec ses compagnes et il en tomba immédiatement amoureux. Il jugea plus prudent de se changer en taureau pour échapper à la surveillance de sa femme Héra et pour mieux approcher les jeunes filles sans les effaroucher. Il prit la forme d'un beau taureau blanc au front orné d'un disque d'argent et surmonté de cornes en croissant de lune. Il se mêla paisiblement aux jeux des jeunes filles; il se laissa même caresser par Europe qui tomba sous son charme et s'assit sur son dos.

Mais dès qu'elle fut sur son dos, il se précipita vers le rivage proche. Accompagné par toute une cohorte de divinités marines, de Néréides chevauchant des dauphins et de Tritons soufflant dans des conques, il l'emmena en Crête.

Là sous un platane toujours vert (mais d'autres auteurs penchent pour la grotte du mont Dicté où Zeus fut caché pendant sa prime enfance pour échapper à Cronos) ils s'unirent. Minos, Sarpédon et Rhadamanthe furent les fruits de cette union. Pendant ce temps, son père, Agénor, cherchait partout sa fille. Il décida d'envoyer ses trois enfants Cadmos , Phénix et Cilix ainsi que sa femme à sa recherche. Il leur donna l'ordre de ne pas revenir sans Europe et il ne les revit jamais.
Europe donna son nom au continent européen et la constellation du taureau rappelle cette transformation divine.

Retour au texte principal

 

HERCULE ET LES POMMES D'OR DU JARDIN DES HESPERIDES

 

C'est le onzième travail d'Hercule/Héraclès : il reçoit l'ordre de ramener à Eurysthée les pommes d'or du jardin des Hespérides. Filles d'Atlas , les Hespérides habitaient un jardin merveilleux dont les arbres étaient chargés de fruits dorés.

     Héraclès reprit la route de l'Occident, mais ne savait où trouver le mystérieux jardin. Il erra longtemps et arriva sur les bords de l'Eridan. Là, des Nymphes lui conseillèrent de s'adresser à Nérée. Il le trouva, endormi sur le rivage. Héraclès l'enchaîna et lui ordonna de lui révéler la retraite des Hespérides. Pour effrayer Héraclès, Nérée se transforma en lion, en serpent, en flammes. Mais Héraclès résista et Nérée accepta de lui confier le secret des Hespérides.

     Il partit au confins du monde occidental et atteignit le jardin merveilleux. Il vit d'abord Atlas, qui soutenait de sa tête et de ses mains la voûte du ciel. Héraclès lui demanda quel était le moyen de s'emparer des pommes convoitées. Le géant s'offrit d'aller les cueillir, mais à deux conditions. La première était qu'Héraclès le débarrasse du dragon Ladon, le monstre à cent têtes, gardien du jardin. La seconde était que le héros le décharge de son fardeau pendant qu'il irait cueillir les pommes. Héraclès accepta. D'une seule flèche, il transperça les cent têtes du monstre qui mourut d'un seul coup. Puis, il endossa la voûte céleste sur ses puissantes épaules. Lorsque Atlas revint, portant les précieuses pommes, il déclara vouloir les porter lui-même à Eurysthée. Héraclès feignit d'être d'accord, mais pria Atlas de reprendre un court instant la voûte céleste, le temps de glisser un coussin sous sa tête. Il s'empara alors des pommes d'or et s'enfuit pour ramener son butin à Eurysthée.

Retour au texte principal

 

LES PRETRES EGYPTIENS

 

Derrière Nessus et Déjanire, il y a deux statues en pierre dont on ne sait pas grand choses sinon qu'elles sont nommées "les Prêtres Egyptiens"… Bien qu'elles ressemblent plus à des druides païens qu'à des Egyptiens ! Y a-t-il un rapport avec les deux sarcophages et leurs momies que Fouquet avait acquit en 1659 et qu'il exposait dans sa maison de St Mandé ? En tout cas l'incontournable Mme de Scudéry écrit dans Clélie que Fouquet avait chargé Le Brun de faire bâtir  : «  … en un petit coin de terre assez irrégulier, deux pyramides à l'imitation de celles prés de Memphis, pour abriter les deux momies égyptiennes qu'il possédait »

Après moults changements de propriétaires, les sarcophages reposent au Louvre, dans les salles du Musée égyptien, sous les numéros D 5 et D 7. La science moderne a déchiffré les noms des propriétaires : ils s'appelaient, l'un Hor-Kheb, l'autre Ank-mer, vivaient sous la 26 ème dynastie

Il semble que personne ne sachent grand chose sur ces statues, le nom du sculteur était en partie effacé et quelques recherches sur la partie du nom lisible (Joan March ...) n'avait rien donné mais récemment, un bénévole qui enlevait la mousse sur le socle des statues a eut la chance de se trouver au bon moment au bon endroit avec "la bonne lumière" et à pu faire une photo ou on voit clairement que le nom sur le piedestal est "op.Joan Marchiori", sculpteur Italien du début du XVIIIeme siècle dont quelques une des oeuvres ressemblent beaucoup à ces statues (voir ICI ) Le "op" est probablement le verbe latin operari (oeuvrer) alors que le prénom Giovanni à été transformé en Joan ...