En 1875, c'est Alfred Sommier, un industriel qui a fait fortune dans les sucreries qui achète le domaine lors d'une vente aux enchères. Le château est quasi-vide, une partie des dépendances est en ruine quant aux jardins, après 28 ans d'abandon, ils ont complètement disparu, la nature ayant pris sa revanche sur la rigueur que lui avait imposé les jardiniers pendant 2 siècles ! Alfred Sommier et son fils Edme feront renaître les jardins lors de deux campagnes de restauration, la première à la fin du XIXeme siècle (de 1877 à 1891) restituera le réseau hydraulique, les bassins et le statuaire tandis que la seconde, au début du XXème (de 1908 à 1923) recréera les décorations végétales et notamment les broderies de buis. Les parterres Est et Ouest sont plantés en 1908 - 1909 et les Boulingrins en 1920. Les artisans de la renaissance des jardins de Vaux le Vicomte sont au XIXeme l'architecte Gabriel Hippolyte Destailleurs et le paysagiste Elie Lainé puis au début du XXeme siècle Henri et Achille Duchêne (le père et le fils).

Pour leur travail de restauration, voire même quelquefois de re-création, ils utiliseront tous la série de 13 dessins à l'encre commandés par Nicolas Fouquet à l'artiste Israel Silvestre, ces dessins étant, à l'époque, les seuls témoignages connus de l'aspect des jardins de Vaux à l'époque de Fouquet. Mais il faut bien garder en tête que réaliser un dessin est bien différent de prendre une photo. L'artiste n'a donc pas montré ce qu'il avait sous les yeux mais a anticipé et représenté ce qu'on lui disait être le résultat final Résultat final qui n'a pas toujours pu être atteint étant donné la chute brutale de Fouquet.

L'exemple le plus frappant est situé devant les Grottes, les gravures de Silvestre montrent une fontaine monumentale « Le Neptune». Cet ensemble a bien été sculpté puisqu'en inventoriant les biens de Fouquet lors de son procès, les huisiers ont trouvé, encore en caisse, des statues de marbre représentant Neptune accompagné de chevaux marins mais ces statues n'ont jamais été posées et on ignore même ce qu'elles sont devenues... Quant à la statue monumentale d'Hercule, Fouquet n'avait eu le temps de faire réaliser qu'un modèle de taille réduite d'après une statue de la collection Farnése en Italie. Ls la statue actuelle qui domine les jardins de ces 14,65m de haut n'a été mis en place qu'a la fin du XIXeme siècle par Alfred Sommier ...

UNE GRAVURE D'ISRAEL SILVESTRE

voir toutes les gravures et faire une comparaison entre ces gravures et les jardins de Vaux le Vicomte tels qu'ils sont actuellement cliquez ici

Entre 1914 et 1918, sur la volonté de Germaine Sommier, l'épouse d'Edme, une partie des dépendances du château est transformé en hôpital militaire : l'hôpital auxiliaire n°23. En 4 ans, 1115 blessés y furent soignés

Entre 1929 et 1939 une partie du domaine est classé Monument Historique

Entre 1939 et 1942 le château est occupé par l'état-major Allemand sans que le château subisse de dégradations importantes

Le 28 aout 1944 l'aviation Allemande déverse une cargaison de bombes sur le domaine mais elles ne touchent pas le château

En 1945, Edme Sommier meurt sans descendance. Le domaine revient à sa soeur, la fille d'Alfred Sommier, mais le nom des propriétaires est maintenant « de Vogüé » la sur d'Edme, Lucie, a épousé le Comte Robert de Vogüé en 1896.

En 1946 un universitaire Américain Franklin Hamilton Hazlehurs redécouvre, perdu dans les archives de la bibliothèque de l'Institut de France, un plan des jardins de Vaux le Vicomte. Il n'est pas signé mais divers comparaisons entre ce plan et ceux de la collection Le Nôtre du musée de Stockholm, ont permit aux experts d'établir que ce plan dit « de l'Institut » avait bien été dessiné, sinon par André Le Nôtre lui même au moins par son bureau de dessin. Ce plan, est venu étoffer ce qui reste une maigre documentation sur les jardins de Vaux au XVIIeme siècle

En juin 1965, afin de faire obstacle au projet qui visait à faire passer une route à 4 voies en plein milieu du domaine, la famille de Vogüé fait classer la totalité du parc Monument Historique.

En 1967, à l'occasion du mariage de son fils Patrice de Vogüé avec Cristina Colonna di Paliano, Jean de Vogué lui fait don du domaine

En 1968 le château est ouvert au public, Patrice et Cristina de Vogüé vont oeuvrer pendant des décennies pour rendre au domaine la magnificence qu'il avait en 1661

En 2012 Patrice de Vogüé céde sa place à la direction du Domaine à deux de ses trois fils : Alexandre et Jean Charles ...

Et maintenant je vous propose d'aller visiter les jardins de Vaux le Vicomte en passant par ici ...